dimanche 7 août 2011

Last night a stranger ...



Samedi dernier j’ai attrapé un coup de foudre, en vitesse éclair, plus rapidement qu’un courant d’air. C’était là devant moi l’air de rien, trop évident pour être esquivé, j’ai plongé tête la première quitte à m’y casser les dents. 


D’abord enveloppée d’un coton de plumes, puis mue d’une euphorie transperçante, je retrouve petit à petit des territoires plus calmes où il faut me pincer pour y croire. Mais que croire ? Moi, nous, aux 4 coins du globe n’est ce pas totalement inconscient, vais je encore me perdre ? 


Je tourne en rond chez moi, à reprendre pied dans ma tête. Quel nouveau piège mon cerveau m’a-t-il tendu ? Où est donc l’astérisque, la clause de non retour, de cette rencontre bouleversante ?
Parce que bouleversée je le suis, amoureuse comme adolescente, touchée par ses lettres, ses mots, ses idées, ses choix et le souvenir de sa peau contre ma peau. 


En 5 jours je suis prête à tout plaquer, changer de vie, de confort, d’amis, et ce n’est bien sur pas raisonnable.  Et ça n’aura que le sens qu’on y mettra. Est ce une trop grande illusion de croire que je saurais me garder de replonger dans les mêmes piscines ? A m’oublier encore pour une trop belle image ?

2 commentaires:

  1. Dis-toi juste un truc : les regrets c'est stérile.

    RépondreSupprimer
  2. héhé ... j'suis bien d'accord avec toi d'autant que je ne suis pas à un plongeon près, que je ne me suis encore jamais noyée et qu'enfin pour une fois l'eau a l'air bonne....
    Merci Nath!

    RépondreSupprimer